Theboondocks-mohssgame-serie-comics

The Boondocks

Les amis aujourd’hui ça ne sera pas un « je » mais « nous ». Grand merci à mon frérot Flo qui a co-écrit cet article avec moi. Toujours un honneur de travailler avec toi 👊🏾. D’ailleurs vous le verrez lors de la lecture, il y a une énorme différence dans le style d’écriture entre lui et moi, et c’est une bonne chose.
Alors… cet article, cette écriture, considérez-la comme la plus importante et la plus lourde depuis l’apparition du Mohssgame. À la limite, je vous recommande même de le lire en plusieurs temps. Car non seulement votre lecture sera plus qualitative, mais en plus de cela, la visibilité de mon blog n’en sera que renforcée ahahaha.
Une chose est sûre, à la fin vous irez chercher comme des malades le premier épisode. Et vraiment, vraiment il faut que vous lisiez jusqu’au bout, cette série le mérite. Respectez-vous, respectons-nous, respectez ce chef-d’oeuvre.

P’tite Intro avant l’intro

gif-boondocks-mohssgame-comics.gif

« un manga comique avec des afros-américains ? Bien sûr que je valide ! »

Les États-Unis excellent dans les dessins animés peignant au vitriol la société américaine. Vous connaissez certainement South Park, American Dad et, dans une mesure moins vulgaire, le papa de ces séries comiques, The Simpsons.
Si ces dessins animés ont eu un écho important en Europe, il existe une série moins connue en France, mais ô combien emblématique et importante dans la culture urbaine et afro-américaine, qui fait parler d’elle jusqu’à aujourd’hui, alors qu’elle est arrêtée depuis plus de 4 ans aux États-Unis et plus de 10 ans en France, je parle de “The Boondocks”, une chef-d’oeuvre créé par Aaron McGruder.

Cette série, je l’ai découverte sur MCM au début des années 2000, elle m’a forcément attirée à une époque où très peu de dessins animés avaient comme personnage principal un noir, et parce que la direction artistique était empreinte de la culture japonaise dès le début du générique : un manga comique avec des afros-américains ? Bien sûr que je valide !
Je n’étais absolument pas prêt quand j’ai entendu les premières insultes et l’humour noir présent dans un dessin animé, le contraste est saisissant, les dessins font penser à une émission enfantine, mais la réalisation et les textes sont dignes d’un sketch de Chris Rock ou Dave Chappelle.
Sans le savoir, vous avez sûrement déjà vu un de ces personnages aux sourcils froncés, ressemblant à un personnage de manga, avec une coupe afro ou des cornrows 😡.
On va se charger de développer un peu plus cet aspect.

 

Les personnages principaux

Je vous conseille de bien préparer vos smartphones et de fermer vos Snapchat, Instagram, Facebook ou autre Twitter. Cet article demande de la concentration, de l’attention. Vous ne pouvez pas vous permettre de faire du 40%-60%. Respectez les blogueurs qui se sont donnés tant de mal pour vous ! La description va, certes, être assez longue mais elle en vaut tellement la peine…. mais tellement. Vous avez tout fermé ? C’est good ? Non je sais que vous êtes encore sur insta. C’est bon ? Sur ? Allez let’s go !

Huey

Huey-boodocks-mohssgame-comics

« Huey c’est un mix entre Docteur Martin Luther King, Oncle Malcolm X, Tata Rosa Parks et voir même tonton Denzel Washington. »

Avant de vous présenter le personnage de Huey et Riley, laissez-moi vous indiquer dès à présent que l’on vous développera un peu plus loin les caractères des deux personnages et les rapports qu’ils entretiennent avec la société américaine.

Débutons tout d’abord par notre cher ami Huey. Par où commencer🤔… c’est difficile, je vais essayer d’aller droit au but. Huey c’est un mix entre Docteur Martin Luther King, Oncle Malcolm X, Tata Rosa Parks et voir même tonton Denzel Washington. Dr. Luther King pour cette intelligence, ce charisme dans le discours, ce côté posé et réfléchi. Oncle Malcolm X pour la force de ses mots, et la determination dont lui seul a le secret. Tata Rosa Parks pour cette capacité à refuser l’injustice et à se battre jusqu’au bout pour ses idées. Et enfin tonton Denzel Washington pour la force de présence et surtout, surtout l’ambition. Je pense vous avoir fait là un bon résumé.

Lorsque vous irez voir The Boondocks, dès le premier épisode vous serez alarmé(e) par cette précocité dont fait preuve Huey. Ce jeune garçon n’a que 12 ans, je tiens à la rappeler. Sa maturité et son état d’esprit dépassent de très loin ceux des enfants de son âge et voir même de certains adultes. Cela atteint parfois des proportions démesurées, à tel point que les adultes eux-mêmes ne le comprennent pas. On vous expliquera ça un peu plus en dessous. 

Riley

Riley-mohssgame-comics-boondocks

« le personnage qui vient mettre plus de piment dans la série, mais alors un gros gros piment »

Riley…. 🤣🤣🤣🤣. c’est l’opposé extrême de Huey. Riley c’est la dynamite de la série, l’intenable, l’imprévisible, le personnage qui vient mettre plus de piment dans la série, mais alors un gros gros piment ! En tout point il diffère de Huey. On pourrait les comparer à l’ombre et la lumière, au Ying et au Yang. Ils n’ont strictement rien à voir l’un de l’autre, mais ils sont si complémentaires.
Je suis dans l’obligation de vous montrer ce passage afin que vous puissiez mieux vous projeter sur la folie de celui-ci ! 

riley-boondocks-santaclus-comics.gif

Comme vous pouvez le constater Riley ne fait jamais les choses à moitié 🤣. À lui tout seul, il peut représenter la série. On ne sait jamais à quoi s’attendre avec lui. Ce que l’on vous montre ici, c’est la saison 1, rassurez-vous. Et je pense que ce gif éveillera chez vous cette curiosité d’en savoir un peu plus…
Avec Riley, impossible de vous décrire le personnage sans mettre d’images animées, ça serait rabaisser le travail de l’écrivain. Il faut quand même avoir une certaine imagination pour aller créer un personnage comme celui-ci. Pour ma part, Riley reste l’un des personnages les plus importants. Il est en concurrence directe avec celui que je vais vous présenter de suite…

Robert. Jebedia.Freeman « Grand’dad »

grandad-boondocks-mohssgame-comics.jpg

« Robert sera vous détendre si vous avez passé une journée très compliquée au travail. »

Ah Robert Jebedia.Freeman « Grand’dad », AKA « Grand’dad », AKA l’homme fou, AKA « Boondocks »AKA « sans lui la série perd tout son sens« . Je pourrais effectuer des AKA sur au moins deux paragraphes tant ce Monsieur est spécial. Freeman est le grand père de Huey et Riley. Il a emménagé avec ses deux petits fils dans un coin très riche où l’on va dire que la population noire n’est pas très présente. Et c’est d’ailleurs ce qu’il recherchait, paix, calme, tranquillité et sérénité.

Freeman est unique en son genre. Il arrive à intégrer à lui seul plusieurs générations, la old-school, la middle-school et la new school, QUAND ÇA L’ARRANGE ! Comprenez que ce monsieur est un très grand hypocrite ! Lorsque ses intérêts sont en jeu il est prêt à tout ! Cela peut donner lieu à des situations très drôles et assez anecdotiques. Bien évidemment, il n’y a pas que du mauvais en lui, Freeman dispose aussi d’un grand coeur, il aime ses deux petits fils même s’ils le font chier assez souvent ! Mais vous irez voir par vous même de toute façon, on en dit pas plus ! Sachez juste que Robert sera vous détendre si vous avez passé une journée très compliquée au travail.

Uncle Ruckus

uncleruckus-boondocks-mohssgame-comics

« ce personnage a été créé pour se rendre détestable »

Si on pouvait parler d’incarnation du Klux klux klan, Uncle Ruckus en serait le parfait représentant. Cher(e)(s) ami(e)(s) ce personnage a été créé pour se rendre détestable, à tel point que vous aurez parfois, voir en fait très souvent, envie de rentrer dans la série pour lui mettre des gifles. Il est horrible, abject, laid (dans sa personne et physiquement d’ailleurs), ignoble, malfaisant, fou, stupide, tout ce qu’il y a de plus mauvais chez l’homme. Mais là je vous vois venir en me disant « mais attends, pourquoi Mohss dit incarnation du Klux klux klan ?! C’est un black le mec ! ». Oui cher(e)(s) ami(e)(s), j’ai bien dit incarnation du Klux klux klan car l’Uncle Ruckus est raciste envers la communauté noire !

Il n’hésite pas à les traiter de singes, à la comparer aux animaux les plus sauvages, à considérer que c’est une chance que les blancs les acceptent à leurs côtés, bref des choses assez incroyables. Toutefois cela est tellement tourné au ridicule qu’on arrive à en rire… je sais…. c’est très bizarre mais c’est là où l’auteur montre son génie. Tout en étant monstrueux à souhait, il est aussi très drôle. Toutes ses interventions sont tournées au grotesque. Il y a d’ailleurs une musique des plus répugnantes qui l’accompagne à chacune de ses interventions. Progressivement au fil de l’histoire il arrive à se rendre indispensable, on s’habitue à lui, et on commence à apprécier le personnage juste pour se foutre de lui. 

Tom Dubois

tomdubois-lawyer-boondocks-mohssgame-comics

Et pour finir, évoquons quelques lignes sur Tom Dubois. C’est le voisin, le voisin parfait, celui qui ne cherche pas de problèmes, celui qui a la vie de famille rêvée, bref le citoyen idéal, toujours dévoué pour les siens.  Il est avocat, il a une fille, et une femme. C’est celui qui ne cherche pas les problèmes, celui qui cherche toujours à être « réglo » et irréprochable. Sauf que… dans The Boondocks rien ne passe jamais comme prévu ! Il y aura donc des épisodes où vous verrez des choses assez extraordinaires on va dire… 

Comparé aux autres personnages il n’ y a pas grand chose à tirer de Tom Dubois, il est un peu basique, mais comme je l’ai dit plus haut, il aura aussi ses épisodes mémorables. Le problème est que si je poursuis la description de ce personnage ça me poussera au spoil. Pour mieux cerner ce Monsieur il faudrait que je mette en avant certains épisodes, ce qui n’est pas mon but. N’oubliez pas l’objectif du Mohssgame….

Une série « Politique »huey-riley-boondocks-mohssgame-comics

« Cette série ne se contente pas de nous faire sourire, elle milite grâce à deux axes, la promotion de la culture urbaine et la dénonciation de certains vices de la société américaine. »

Ce dessin animé a divisé les États-Unis du fait des sujets qu’il aborde sans tabou, et ce même à l’intérieur de la communauté afro-amércaine, comprenez que le pasteur Al Sharpton est monté au créneau contre un simple dessin animé! Un simple dessin animé? Cette série ne se contente pas de nous faire sourire, elle milite grâce à deux axes, la promotion de la culture urbaine et la dénonciation de certains vices de la société américaine.

Si vous avez été attentifs à la partie précédente, vous avez vu que les personnes se nommaient Huey et Riley, ce ne sont pas des noms anodins. Huey est le prénom du co-fondateur du Black Panther « Party for Self-Defense » (ou simplement les “Black Panthers”) qui est un des mouvements politiques les plus connus au monde. Boots Riley, qui est l’un des artistes les plus polyvalents de cette planète, d’abord leader du groupe The Coup, il sait rapper, chanter, faire de la funk, du rock et est directeur de film quand il n’est pas activiste.
Avec des noms pareils, ces personnages ne pouvaient qu’être promis à de grandes ambitions qui, si elles sont opposées, sont aussi complémentaires dans la démarche des auteurs de la série: promouvoir et éduquer.

For the Culture, l’art urbainwutangclan-boondocks-mohssgame-comics

« le groupe Migos a donné un second souffle à cette expression »

C’est une très grande partie de la série, dès le générique on sent la volonté d’immersion dans la culture urbaine avec une interprétation d’un rappeur vétéran (avouez que ça aurait moins d’effet avec Dorothée derrière le mic 🤣). Et encore là, un mix avec la culture asiatique qui est très présente dans le hip-hop avec l’essor des films chinois et hong-kongais sur le Kung-fu du monastère Shaolin, et des mangas emblématiques de l’époque (coucou DBZ et Akira), qui ont été gravés en lettre d’or notamment par le Wu-Tang Clan.
Cette interprétation est d’ailleurs très proche de l’Opening Song de Samurai Champloo qui est contemporain à la série. La promotion des phénomènes et produits du monde urbain est désignée encore aujourd’hui par le simple mot Culture avec un “c” majuscule, le groupe Migos a donné un second souffle à cette expression, et dans les Boondocks, c’est bien Riley qui s’occupe de la représenter.

Le nombre d’arts qui l’intéressent est aussi important que… le nombre d’arts qui existent sur Terre. Il touche vraiment à tout en apportant sa touche personnelle et urbaine, ainsi la peinture se mue en graffitis, les poèmes en rap et le chant en RnB. On l’insulte souvent d’idiot, mais c’est en réalité l’un des personnages les plus génial de la série car il dispose d’une culture incroyable sur le hip-hop et sur les tendances les plus en vue, c’est un produit de l’actualité et de la Culture.
La série rassemble ainsi un grand nombre de guests qui prêtent volontiers leur voix et leur image dans la série animée, parmi eux Mos Def, Ludacris, Busta Rhymes, Terry Crews, Nate Dogg, Samuel L. Jackson, Snoop Dogg ou en Xzibit.
Cette série devient alors collaborative, elle fait participer les plus grands acteurs de la Culture des 90s, qui sont pour la plupart des légendes à présent.

guests-boondocks-mohssgame-comics.jpg

« ils n’hésitent pas à dénoncer des phénomènes internes à la Culture qui sont tout à fait critiquables, mais très tabous. »

Mais il n’y a pas que des bonnes choses dans la rue, les auteurs de la série en ont conscience et ils n’hésitent pas à dénoncer des phénomènes internes à la Culture qui sont tout à fait critiquables, mais très tabous.

Ainsi, Riley représente aussi les plus grandes bassesses de la Culture, c’est-à-dire le soutien inconditionnel accordé à toute forme de célébrité, prenez par exemple l’épisode sur R. Kelly, il le défend comme si sa vie en dépendait… Alors qu’il a « pissé » sur une fille mineure, même son avocat n’est pas aussi impliqué.

Riley-Rkelly-boondocks-mohssgame-comics

Il participe aussi à l’hystérisation des conflits entre rappeurs, il regarde les clashs à main armée entre rappeurs comme un match de sport sans conséquences.

riley-gangstalicious-mohssgame-boondocks-comics copie

« la cupidité exacerbée de certaines personnes est un thème récurrent dans toute la série »

Entre autre, la cupidité exacerbée de certaines personnes est un thème récurrent dans toute la série. À l’image de Riley, le monde urbain est immensément créatif et vit avec passion, mais cette passion pousse parfois à de terribles vices, qui ne sont pas unanimement dénoncés à l’intérieur même de la communauté. Heureusement que Huey reste en marge de cette Culture pour raisonner les masses.

Stay woke, la conscience de la communauté

DrKing-speach-boondocks-mohssgame-comics

« Là est le deuxième objectif de la série, dénoncer les injustices. »

Huey est complètement en décalage avec tous les autres personnages, on croirait qu’il vit dans un autre dessin animé et revient dans les Boondocks le temps d’un épisode ! Comment fait-il pour être aussi différent ? Tout simplement parce qu’il utilise sa réflexion.
Au-delà de l’intelligence, il représente ceux qui doutent de l’ordre pré-établi. Il rappelle l’importance de se questionner sur ce qui est juste et ne pas simplement suivre la masse comme un mouton. Là est le deuxième objectif de la série, dénoncer les injustices.
Dès le premier épisode, les théories que met en avant Huey, si elles ne sont pas toutes vraisemblables et pour certaines carrément recherchées, témoignent de sa liberté de penser car il arrive à se forger sa propre interprétation des événements historiques et de la politique, c’est d’ailleurs ça qui force l’admiration, peu importe la réalité de son discours.

huey-applause-white-boondocks-mohssgame-comics

« The Boondocks c’est de la culture générale »

Dans une société très conformiste et caricaturale, la série met en avant des figures de parias qui sont souvent mises à l’écart alors qu’ils ont une cause à défendre, le personnage de Huey est une ode au militantisme et à l’abnégation. Il a organisé un plan pour faire annuler une condamnation à mort, à 12 ans, donnez-lui son prix nobel.
Le revers de la médaille ? Huey est parfois complètement perché, car si ses causes sont pour la plupart admirables, les moyens utilisés sont parfois totalement disproportionnés. C’est à ce moment qu’on comprend que la série se joue aussi du côté extrême de certaines luttes pour les droits civiques. Est-ce une remarque sur certaines sorties médiatiques de Malcolm X ou de certaines actions organisées par le MOVE ou Black Panther ? Cela y fait certainement écho.

Il y aurait encore tant à dire sur les sujets traités par cette série mais ce qui est présenté ici semble déjà assez suffisant. On attend désormais la vague de commentaires (n’est-ce pas Mahmoud et Pm ?!). On pourrait vous évoquer d’autres faits géniaux, l’épisode des BET (critique extrême du divertissement chez la population noire américaine), l’épisode de Noël (où Huey exécute une pièce dans laquelle Jésus est noir). Tant de choses peuvent être évoquées sur The Boondocks mais ça serait trop en faire. Et par ailleurs, faut-il vous rappeler encore une fois le concept du Mohssgame ?! Je ne pense pas non.

Non ça n’est pas une recommandation, c’est une imposition (ça se dit ça🤔), une obligation à regarder au minimum une saison. The Boondocks c’est de la culture générale. Mais soyons honnête il y a une population qui est véritablement ciblée (même si cela semble évident) . Si vous souhaitez voir un épisode, mettez en commentaire « je souhaite un épisode ! » et on s’occupera de vous transférer ça ! Ah bah oui on a rien sans rien hein !

ConclusionAaronmcgruder-mohssgame-boondocks-comics.jpg

« un appel à l’éveil des consciences auprès des communautés noires »

Que dire… si ce n’est dire un grand merci, merci à toi Aaron. Le génie existe bel et bien les amis. Cet Homme a réussi à nous pondre ici une merveille. Bien plus encore, un appel, un appel à l’éveil des consciences auprès des communautés noires qui sont les principales responsables de la situation qu’elles vivent au quotidien. The Boondocks est un terrible et un incroyable appel au secours tourné sous une forme humoristique, et encore, peut-on parler d’un genre humoristique… Certes on se tape des grandes barres de voir grand’dad faire le pitre et Riley effectuer ses bêtises. Mais nous n’avons certainement pas besoin d’aller voir loin pour savoir que Aaron a voulu secouer la société américaine, voir plus.

Dans tous les cas les amis, Flo et moi espérons que vous avez passez un bon voyage auprès de nous. Oui, il fut long (et encore…), mais nécessaire. Et nous sommes convaincus que vous avez appréciez notre plume, ou plutôt nos claviers 🤣. Je le rappelle encore une fois, cet article est le plus important du Mohssgame, plus important encore que Naruto vs One piece. Et non, je n’exagère absolument pas les amis. C’est pourquoi j’ai besoin de vous, de votre force. Il faut que cet article soit relayé, sans limite, sans relâche, à tel point que Aaron en personne viendra nous contacter pour nous dire « les mecs vous avez assuré franchement ».

Un plaisir, un énorme de plaisir d’écrire encore et toujours pour vous la famille. Ma passion n’a jamais été mise en doute. Au moment où j’écris ces lignes encore une fois, tout vient tout seul, il n y a absolument aucune réflexion. Je repasse uniquement pour l’orthographe, la créativité c’est bien mais ne pas avoir mal au yeux c’est mieux ! Je vous dis merci et merci à toi Flo également pour cette aide incroyable 🙏🏾.
Ne m’oubliez pas, et à très très bientôt.

oprah-2020-boondocks-mohssgame-comics

 

N’est-ce pas ?!

9 réflexions sur “The Boondocks

  1. mahmoodsow dit :

    OHLALA quel article incroyable! Franchement j’aurais aimé être à la place de ceux qui n’ont pas vu cette série juste pour pouvoir découvrir. Je suis jaloux même mais je vais re regarder bala!
    Plus sérieusement l’article est pertinent il décrit bien les personnages et les messages de la série sans spoiler.
    Si je peux me permettre la série est basé sur des histoires vraies, par exemple l’histoire du professeur qui traite Riley avec le n***ga ou de Black Evil Entertainment aka BET la chaine maléfique et une de ses directrices terrifiantes.
    Les messages de la série sont claires et même certaines expressions ou memes sont inspirés de la série notamment une maladie qui me touche et assurément vous tous autant que vous êtes l’ITIS.

    Aimé par 1 personne

    • Mohss dit :

      Merci à toi pour te retour ! Effectivement on aurait put évoquer d’autres cas si intéressant ! Absolument cette série inspire et continuera à inspirer, d’où cet article. Et ce retour prouve à quel point il était nécessaire de faire ce travail. Un très grand merci à toi Mahmood, tu as assuré !

      J'aime

  2. Yxng J dit :

    Mes frérots, je pense que vous avez réalisé la prouesse de tout résumer dans un article complet et agréable à lire ! Ça m’a vraiment donné envie de regarder à nouveau cette série à la lumière des mouvements et contestations afro-américaines qui marquent la société actuelle (mouvement Black Lives Matter, bavures policières, etc.).
    Cet article mérite même une traduction pour en faire profiter le plus grand nombre ! Un joli hommage à Tonton Aaron en tout cas, bravo !

    J'aime

    • Mohss dit :

      Un très grand merci à toi frérot pour ton retour. On est très touché. Effectivement la traduction de l’article serait une excellente idée pour en faire profiter le plus grand nombre. C’est un sujet auquel il faudra y penser 🤔
      Merci encore pour ton commentaire !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.